top of page

Communiqué de presse Le budget 2024: Une opportunité manquée

Dernière mise à jour : 2 mai

Fredericton, N.-B. - À une époque d'instabilité nationale où le Canada est confronté à des défis sérieux tant sur le plan intérieur qu'extérieur, le gouvernement libéral a présenté un budget décevant qui a continué de voir une croissance massive du gonflement gouvernemental, s'est appuyé sur des niveaux dangereux de financement par le déficit et a proposé des demi-mesures pour aborder des problèmes intérieurs sérieux, déclare le chef par intérim du Parti avenir Canadien, Dominic Cardy.


« Le Canada avait besoin d'un budget audacieux, fondé sur des preuves, axé sur la croissance et sur la mesure des résultats », a déclaré Cardy. « Ce que nous avons réellement obtenu était effrayant, avec peu de courage ou de préparation. »


« Le budget 2024 aurait dû favoriser des moyens de libérer la richesse et les pouvoirs d’innovation des Canadiens et Canadiennes dans une économie de marché travaillant ensemble pour réparer nos infrastructures en ruine », a déclaré Cardy. « Des moyens de s'attaquer à la crise climatique, de rétablir la Défense nationale affaiblie du Canada et de réformer ses institutions publiques endommagées. »


Au lieu de cela, les Canadiens et Canadiennes sont confrontés à des augmentations des déficits et de la dette au point où toutes les recettes de la TPS perçues au pays sont consommées pour payer les intérêts de la dette, avec des augmentations d'impôts qui nuiront à l'investissement/à l'économie, compliqueront davantage le système fiscal et - incroyablement - nécessiteront encore plus d'embauche de fonctionnaires, avec un engagement décevant en matière de dépenses en défense, et avec de nouveaux empiétements sur le compétences provinciales.


En revanche, le PAC propose des mesures tangibles pour renforcer le Canada :


  • Une révision complète des programmes gouvernementaux. La fonction publique a augmenté de 111 000 emplois depuis l'arrivée au pouvoir des libéraux en 2015, soit une augmentation de 43 %, et le budget 2024 propose davantage d'embauches. L'examen éliminera les programmes non étayés par des preuves et renforcera ceux qui en ont besoin. Collecter et dépenser de l'argent n'est pas la même chose que d'obtenir des résultats, et nous avons besoin d'une concentration intense sur la conception et la mise en œuvre des programmes.

  • Nommer une Commission de la Couronne pour examiner de manière exhaustive le système fiscal.

  • Lutter contre le changement climatique en utilisant un système de plafonnement et d'échange qui cible les pollueurs, pas les citoyens. Soutenir l'expansion de l'industrie nucléaire canadienne ici et à l'étranger. Offrir des récompenses pour de nouvelles idées et technologies pour lutter contre le changement climatique et intégrer la technologie afin de lutter contre le changement climatique et intégrer la technologie de net-zéro dans les plans de mises en chantier de logements.

  • Au lieu de programmes de niche pour des intérêts particuliers, supprimer les protections pour les compagnies aériennes, les épiceries, les compagnies de télécommunications et autres industries quasi-monopolistiques qui font monter les prix et diminuent la qualité de service. La gestion de l'offre a rendu les biens plus coûteux sans protéger adéquatement nos agriculteurs, qui subissent également de fortes pressions que les changements climatiques ne feront qu'aggraver. Nous reverrons nos approches à l'égard du secteur agricole pour garantir que les consommateurs et nos agriculteurs puissent bénéficier d'un prix équitable et que notre secteur agricole soit résilient en tant qu'élément clé de la sécurité de notre pays.

  • Augmenter les dépenses de défense à 2 % du PIB d'ici deux ans, avec des augmentations supplémentaires au-delà de cela dans les années suivantes, et mettre en œuvre une réforme nécessaire du système d'approvisionnement militaire pour nous assurer d'avoir les forces militaires dont nous avons besoin, si nous en avons besoin.


« Nous voyons des opportunités manquées », a déclaré Cardy. « Des opportunités manquées pour définir les valeurs canadiennes et comment elles s'appliquent aux décisions de dépenses. Des décisions de dépenses qui devraient être basées sur des preuves et nos valeurs canadiennes, et qui mettent de côté les débats stériles sur la gauche contre la droite et demandent plutôt : Avons-nous le courage de faire ce qui est juste et, surtout, de faire ce qui fonctionne ? »


« C'est la conversation que le Canada doit avoir, et malheureusement, le budget de cette année ne contribue guère à la favoriser. »


DEMANDES DES MÉDIAS :

Chisholm Pothier

613-325-2555



תגובות


bottom of page