top of page

Une lettre difficile à écrire, cette semaine.

J'ai vécu et travaillé dans des pays en guerre. J'ai vu la mort de près : une colonne

de fumée marquant un attentat suicide à Kaboul. Le béton brûlé et l'odeur du sang

dans un abribus de Katmandou après l'explosion d'une grenade, quelques minutes

plus tôt. J'ai parlé avec des victimes de crimes de guerre et de régimes policiers, de

vies brisées et de familles déchirées. Pour le meilleur ou pour le pire, j'étais habitué à

cela, autant que cela me motive à faire ce que je peux pour mettre fin aux guerres et

construire la paix.


Mais l'attaque terroriste en Israël cette semaine m'a bouleversé.


Pourquoi?


Le meurtre politique est généralement dissimulé derrière un idéalisme déformé, les

décès individuels étant une conséquence triste mais inévitable de grands actes

historiques. La brutalité est dissimulée et minimisée.


Pas le Hamas, pas cette semaine.


Pendant que les Canadiens se rassemblaient pour l'Action de grâce, des heures de

vidéos ont inondé nos écrans. Les terroristes et leurs partisans ont choisi l'image

qu'ils veulent projeter dans le monde. Cette image ? Le meurtre de bébés dans leurs

berceaux, de jeunes gens dansant, des familles chez elles et dans leurs voitures. Des

vidéos disant: "Les Juifs croient que la vie commence à la naissance. Nous croyons

que la vie commence avec la mort. Nous célébrons la mort."


On ne peut pas être plus clair que ça. Moi, je célèbre la vie, la joie, la beauté et la

liberté de choix qu'elle peut offrir dans une société ouverte. Nous avons tous un côté

à choisir. Les voix célébrant la mort se font entendre dans les villes canadiennes,

avec des manifestations de soutien au Hamas reflétant la colère bouillonnant en

ligne. Les attaques contre les Juifs ont commencé. Alors qu'Israël combat le Hamas

et le peuple de Gaza derrière lequel ils se cachent, l'antisémitisme va augmenter. Que

devons-nous faire à ce sujet ? Nous n'avons qu'une seule option, ici chez nous :

Faire respecter nos lois.


Manifester pour la Palestine est légal. Le soutien à la Palestine est légitime, que l'on

soit d'accord ou non. Soutenir le Hamas est illégal. Les expressions de soutien à

celui-ci devraient être empêchées, et les partisans devraient être enquêtés comme on

enquêterait sur n'importe quel groupe criminel organisé.


De plus, nous ne pouvons pas demander aux Juifs d'annuler les services religieux en

raison des menaces du Hamas et d'autres. Nous avons des lois pour protéger nos

droits que nous utilisons et apprécions. C'est pourquoi nous avons la police. Les

forces de sécurité. Pour faire respecter la loi. Pour se mettre entre ceux qui suivent la

loi et ceux qui la transgressent. Les lois n'existent pas pour éviter les conflits entre

ceux qui vivent des vies légales et ceux qui cherchent à leur enlever des droits. Ces

derniers doivent être arrêtés et punis.


Montrer que le Canada prend ses propres lois au sérieux protégerait les manifestants

légitimes des groupes terroristes qui sévissent dans les communautés de la diaspora.

Cela ferait du Canada un refuge indésirable pour les infiltrés - euh, le Parti communiste chinois - et les groupes extrémistes étrangers et nationaux.


Fixer la limite entre la liberté d'expression et d'opinion est l'une des responsabilités

les plus lourdes du gouvernement. Cette limite doit être appliquée chirurgicalement à la limite exacte de la loi, mais pas au-delà : les sociétés ouvertes comme celle du Canada doivent utiliser chaque opportunité pour montrer à quel point notre système ouvert est meilleur que les alternatives fermées et tordues, qu'il s'agisse des variantes islamistes, moscovites, pékinoises ou MAGA.


Les années à venir ne seront pas faciles pour les démocraties. Avoir une compréhension plus claire de qui nous sommes en tant que pays et des limites que nous voulons imposer à notre gouvernement est la façon dont nous protégeons nos libertés. Ces libertés sont ce qui rend nos vies dignes d'être vécues. C'est la vie dont je parlais plus tôt. Le Hamas, Xi et Putin tueront, tuent déjà, pour empêcher cette vie de se propager.


Alors, parce que nous sommes une société ouverte, le Canada devrait se tenir aux côtés d'Israël. Au lieu d'être terrorisés par les atrocités du Hamas, nous devrions être mobilisés. Pour arrêter la pourriture de se propager. Nous devrions soutenir les Palestiniens, et les personnes du monde entier, qui se battent pour créer ou défendre des pays ouverts. Des pays où l'État de droit, la liberté d'expression, les élections ouvertes et les droits de l'homme sont protégés. Nous devrions nous opposer aux pays et aux groupes qui rejettent et piétinent ces dons.


Chacune de ces propositions signifierait de grands changements pour notre pays. Mais en ce moment, de grands changements s'annoncent que nous le voulions ou non. Je préfère me préparer et commencer le combat en invoquant nos meilleurs anges.


Dominic






Comments


bottom of page