top of page

Une réponse décevante au lieu de l'audace: Budget 2024

Bonjour,


Une réponse budgétaire un peu différente. Avec la plupart des partis, vous savez déjà à quoi vous attendre,plus ou moins. Avec un nouveau projet politique comme le Parti avenir canadien, nous devons faire un effort supplémentaire et montrer d'où nous venons. C'est pourquoi cette lettre est plus longue que les lettres habituelles que vous recevez d'un parti politique, mais bon – nous parlons de centaines de milliards de dollars et de l'avenir de notre pays, alors j'espère que vous me suivrez.


Dans une période d'instabilité nationale croissante, avec un glissement vers un conflit mondial et la récession qui se profilent, le Canada avait besoin d'un budget audacieux, fondé sur des preuves, axé sur la croissance et résultats vérifiables. Un budget pour libérer la richesse et les pouvoirs d’innovation des personnes libres et d'une économie de marché travaillant ensemble pour réparer notre infrastructure en ruine, faire face à la crise climatique, restaurer notre Défense nationale affaiblie et réformer nos institutions publiques endommagées.


Au lieu de cela, nous avons reçu un document mal pensé qui fait semblant de s'attaquer aux problèmes sérieux auxquels les Canadiens et Canadiennes sont confrontés tout en continuant à gonfler le gouvernement en croissance et à financer le déficit de manière dangereuse.


Il y a un vieux dicton populaire: sivous ne savez pas où vous vous tenez, vous ne pouvez pas savoir où vous allez. Les dirigeants établis d'aujourd'hui ne savent pas où ils se tiennent ou, pire, ils ne veulent pas l'admettre. Et c'est là où que le Parti avenir canadien intervient.


Nous savons où nous nous tenons. Pour commencer, nous croyons en la croissance et le progrès. Qu'est-ce que cela signifie exactement? J'aime bien cette définition de l'auteur canadien Steven Pinker :


"La vie est meilleure que la mort. La santé est meilleure que la maladie. La subsistance est meilleure que la faim. La richesse est meilleure que la pauvreté. La paix est meilleure que la guerre. La sécurité est meilleure que le danger. La liberté est meilleure que la tyrannie. L'égalité des droits est meilleure que le fanatisme et la discrimination. L'alphabétisation est meilleure que l'analphabétisme. La connaissance est meilleure que l'ignorance. L'intelligence est meilleure que la bêtise. Le bonheur est meilleur que la misère. Les opportunités de profiter de la famille, des amis, de la culture et de la nature sont meilleures que la corvée et la monotonie. Toutes ces choses peuvent être mesurées. Si elles ont augmenté avec le temps, c'est du progrès."


Là où le gouvernement peut faire une différence mesurable et positive, il devrait le faire. Là où il ne peut pas, il devrait rester hors du chemin.


J'ai été inspiré par ma récente conversation avec le général (à la retraite) Rick Hillier, qui a partagé ses projets pour lutter contre la crise du logement et qui a résumé son approchepar cette phrase: "Les grands pays accomplissent de grandes choses." Cette ambition, et la croyance de mon parti en la croissance et le progrès, définissent la réponse du PAC au Budget 2024. Nous avons une obligation et une opportunité de reconstruire le Canada pour réussir dans le monde complexe et divisé qui évolue autour de nous. Seul le courage et la préparation nous mènerons à accomplir cette tâche.


En attendant qu‘Élections Canada confirme notre statut de nouveau parti politique au Canada, voici quelques réflexions de notre équipe sur le tableau d'ensemble peint par le Budget 2024.


Le grand tableau


Le grand tableau autour du budget est effrayant – et il n'y a pas beaucoup de signes de courage ou de préparation. La dette nationale a tellement augmenté que les recettes de la TPS sont complètement absorbées par les paiements de la dette. Pensez-y: pas un centimede TPS ne va soutenir notre système de santé, reconstruire nos forces armées ou lutter contre le changement climatique. C'est une conséquence réelle des dépenses déficitaires: des paiements d'intérêts plus élevés signifient moins à investir dans les programmes qui comptent, et sapent le soutien au secteur public et même à la démocratie – pourquoi les citoyens voudraient-ils envoyer leurs impôts aux banques? Pendant ce temps, la taille de la fonction publique fédérale a augmenté de manière incontrôlable: en 2015, il y avait 257 000 fonctionnaires fédéraux. En 2024, ce chiffre a atteint 368 000. Vous sentez-vous que notre gouvernement est devenu plus rapide ou meilleur pour nous aider, pendant ce temps? Nous devons examiner le travail effectué par la fonction publique, mais aussi comment elle fonctionne - pouvons-nous utiliser la technologie de manière plus efficace ou obtenir de meilleurs résultats avec une organisation différente du gouvernement?


L'ALTERNATIVE DU PAC: Une révision complète des programmes pour éliminer ceux qui ne sont pas soutenus par des preuves et renforcer ceux qui en ont besoin. Il faut donner aux fonctionnaires les moyens d’effectuer un travail significatif mieux fait par le secteur public et leur fournir les ressources dont ils auront besoin, selon les meilleures preuves.


Fiscalité et réforme fiscale


Une augmentation de taxes pour les richess ne rendra pas automatiquement la vie meilleure pour les Canadiens, pas plus que les récentes augmentations des dépenses de santé n'ont amélioré le système de santé. Collecter et dépenser de l'argent n'est pas la même chose que d'obtenir des résultats, et nous avons besoin d'une concentration intense sur la conception et la prestation des programmes. Il existe également un certain nombre de crédits d'impôt compliqués. Ceux-ci s'accompagnent d'une augmentation de la fonction publique pour gérer les crédits d'impôt et de fonds pour les organismes à but non lucratif pour aider les Canadiens et Canadiennes ordinaires à les naviguer.


Notre code fiscal a ignoré le principe de simplicité presqu'au point de l'absurdité. Une grande attention est portée à l'augmentation de l'impôt sur les gains en capital. Lorsque l'ancien ministre des Finances, Bill Morneau, déclare : « Je ne pense pas qu'il y ait moyen d'adoucir cela. C'est un défi. C'est probablement très préoccupant pour de nombreux investisseurs, » nous devrions écouter. Ces changements dissuaderont l'investissement, nécessiteront une bureaucratie complexe et coûteuse pour les administrer, et sont injustes – imposant un fardeau plus lourd aux propriétaires de biens de la classe moyenne qu'aux propriétaires d'entreprises millionnaires.


L'ALTERNATIVE DU PAC : Une Commission de laCouronne sur la réforme fiscale pour refondre et simplifier radicalement lesystème fiscal canadien.


Juridiction


Le budget regorge d'appels aux gouvernements provinciaux et territoriaux pour agir – j'en ai compté 14! Cela doit cesser. Le gouvernement fédéral a des responsabilités claires en vertu dela Constitution. Les provinces en ont aussi. Si le jour se lève où Ottawa excelle dans tous les domaines de sa responsabilité, nous pourrons parler de réalignement des responsabilités. En attendant, Ottawa a beaucoup de travail à faire.


L'ALTERNATIVE DU PAC : Respecter laConstitution. Déplacer les programmes fédéraux existants de la prestationfédérale à la surveillance et à l'évaluation, dans le cadre d'un nouveauContrat de la Fédération qui clarifiera les rôles provinciaux et fédéraux.


Abordabilité


Alors que les libéraux parlent d'abordabilité, ce n'est pas une priorité budgétaire: à peine un dixième de milliard est alloué à ce poste. Le chapitre II du Budget regorge de dizaines de programmes nichés conçus pour gagner le vote de groupes spécifiques. La plupart nécessitent une croissance supplémentaire de la fonction publique fédérale pour les gérer. Par exemple, il y a un programme de 1,07 milliard de dollars pour augmenter les subventions et prêts aux étudiants. Ça a l'air charmant, jusqu'à ce que vous voyiez que tout cet argent doit être dépensé de 2024 à 2025: une année électorale. Pas un sou pour 2026 et au-delà. Faites le calcul. Pendant ce temps, à travers notre économie, des intérêts spéciaux obtiennent des avantages qui font monter les prix pour les Canadiens.


L'ALTERNATIVE DU PAC : La gestion de l'offre a rendu les biens plus coûteux sans protéger adéquatement nos agriculteurs, qui subissent également de fortes pressions que les changements climatiques ne feront qu'aggraver. Nous reverrons nos approches à l'égard du secteur agricole pour garantir que les consommateurs et nos agriculteurs puissent bénéficier d'un prix équitable et que notre secteur agricole soit résilient en tant qu'élément clé de la sécurité de notre pays.. Supprimer les protections pour les compagnies aériennes, les épiceries, les compagnies de télécommunications et autres industries quasi-monopolistiques qui font monter les prix et diminuent la qualité de service.


Changement climatique


Le débat sur la taxe sur le carbone est une distraction de la menace réelle et croissante du changement climatique. Il est vrai qu'environ 80 % des Canadiens reçoivent des chèques de remboursement de la taxe sur le carbone qui dépassent le montant qu'ils ont dû payer pour la taxe sur le carbone. Donc, la taxe ne change pas les comportements, elle rend juste les gens furieux contre la tarification du carbone. Lorsque le Premier ministre a fait des exemptions pour le chauffage domestique dans l'Atlantique, il a lié la taxe sur le carbone à l'abordabilité et a concentré l'exemption sur une région où les électeurs de tendance libérale étaient en colère contre la taxe sur le carbone. Une fois que la taxe sur le carbone est devenue un enjeu politique, il a été encore plus facile pour les conservateurs de la remettre en question.


L'ALTERNATIVE DU PAC : Lutter contre le changement climatique en utilisant un système de plafonnement et d'échange qui cible les pollueurs, pas les citoyens. Soutenir l'expansion de l'industrie nucléaire canadienne ici et à l'étranger. Offrir des récompenses pour les nouvelles idées et technologies pour lutter contre le changement climatique. Incorporer la technologie net- zéro dans les plans de mises en chantier de logements.


Immigration et logement


Le Budget 2024, tout comme le Budget 2009, déclare que les gouvernements du Canada simplifieront la reconnaissance des titres de compétences étrangers, mais le Budget indique également que sur les 198 000 personnes au Canada ayant une formation en soins de santé internationale, seuls 58 % travaillent dans leur domaine. Il souligne égalementque la reconnaissance des titres de compétences étrangers entraîne des pénuries de main-d'œuvre qui ralentissent les nouveaux départs de logements. La part du revenu que la plupart des Canadiens dépensent pour le logement est passée de 35% en 2002 à plus de 60 % en 2023. Les loyers ont augmenté à des taux similaires, tandis que les salaires stagnaient. Le Budget comprend quelques mesures positives concernant l'utilisation des terres fédérales, la vente de bâtiments fédéraux pour les convertir en logements, et des mesures similaires.


L'ALTERNATIVE DU PAC : Travailler avecles provinces et les territoires pour établir des programmes d'immigrationrépondant aux besoins provinciaux, y compris en exigeant des programmes dereconnaissance des titres de compétences étrangers accrus, en mettant l'accentsur les programmes de reconnaissance mutuelle pour approuver les travailleursréglementés. Encourager l'immigration des travailleurs spécialisés. Développeret partager une expertise dans la construction de logements modulaires à faiblecoût.


Défense


Alors que le monde glisse vers un conflit mondial, le Canada doit dépenser davantage pour sa défense et mettre en place un processus d'approvisionnement militaire qui fonctionne.


L'ALTERNATIVE DU PAC : Augmenter lesdépenses de défense à 2 % du PIB d'ici deux ans, avec des augmentationssupplémentaires les années suivantes, dans le cadre d'un examen stratégiquecomplet pour garantir la souveraineté du Canada et définir notre rôle, en tantque membre de l'OTAN et garant de la sécurité mondiale. Créer un plan nationalde défense civile et de service national pour protéger le Canada. Réformerl'approvisionnement pour nous assurer d'avoir la force militaire dont nousavons besoin… quand nous en avons besoin.


Voilà un aperçu de la manière dont le PAC voit le Budget 2024. Nous voyons des opportunités manquées, de définir les valeurs canadiennes et comment elles s'appliquent aux décisions de dépenses. Nous voyons une ouverture pour une politique basée sur des preuves et des valeurs qui met de côté les débats stériles sur la gauche contre la droite et pose plutôt la question suivante: Avons-nous le courage de faire ce qui est juste et, surtout, de faire ce qui fonctionne?



Dominic Cardy

Chef par intérim

Parti avenir Canadien



Comments


bottom of page